Accueil

Ensembles-copie-1.jpg
pedeblog_kek_logo2.png
Blog LGBT du rédac' chef :
Daniel Conrad

twitter_logo_header.png

Daniel Hall


secondé par :

Gérard Coudougnan


L'équipe des "piliers" en exclusivité
ou en reprise autorisée :

Jean Yves
, Bernard Alapetite, Zanzi, Neil, Kim,
Matoo, Mérovingien02, Juju, Chori,
Shangols, Boris Bastide, Stéphane Riethauser,
 
Niklas,
Robert Wagner,
 Jag1366, Hari3669, Maykel Stone,
Marc-Jean Filaire,
Isabelle B. Price, Psykokwak,
Rémi Lange
, Henry Victoire, Didier Roth-Bettoni
et
BBJane Hudson...

Mais aussi, depuis, Cyril Legann,
Gérard Coudougnan (Livres), Voisin Blogueur,
Nicolas Maille, Sullivan Le Postec, Vincy Thomas,
Jann Halexander, Tom Peeping
, Lucian Durden,
Papy Potter, Nico Bally, Marie Fritsch,
Sir Francisco, Laurent Fialaix
et Hugo Rozenberg.

Special Guest Star : Philippe Arino.

Un grand merci à Francis Moury,
Olivier Nicklaus et à
Yann Gonzalez.
Et en special guest star gay-friendly... Dr Orlof !


et bien d'autres depuis le début et d'autres à venir...

Ce blog est partenaire de

Dreampress.com

Avec l'aide graphique de

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles

POUR SURFER SUR CE BLOG...

Les Toiles Roses  est un blog collaboratif, indépendant et bénévole optimisé pour Mozilla Firefox (cliquer ici pour le télécharger)

TOUTES LES CRITIQUES DE FILMS : ICI
LES CRITIQUES DE LIVRES (Gérard Coudougnan) : ICI
Nos chroniques vedettes : Zanzi and the City (Zanzi), Et les filles alors ? (Isabelle B. Price),
Derrière les masques : Homollywood (Marc-Jean Filaire),
Merci Bernard (Bernard Alapetite),
Le Bazar de l'Homo Vincy (Vincy Thomas),
L'Histoire de l'homosexualité,
Dans l'ombre de Jann Halexander (Jann Halexander), Spécial Abdellah Taïa (Daniel C. Hall),
La Crypte aux gays (BBJane Hudson), Certains l'aiment camp (Tom Peeping),
 
Le Chaudron rose (Papy Potter), Petits Contes Dark-en-ciel (Nico Bally),
Marie de traverse (Marie Fritsch), Spécial Salim Kechiouche, Si j'étais homo ou hétéro...,
Spécial Stonewall, 40 ans, La gâterie du chef (Daniel Conrad Hall), La Garac'Ademy (Jean-Louis Garac)
A tort ou à travers (Laurent Fialaix), Rencontres de tous les types (Hugo Rozenberg),
 
Le Phil de l'araignée (Special Guest Star : Philippe Ariño),
Dossier et chronique-soutien
à l'association "Le Refuge" (Daniel C. Hall).

Venez rejoindre la rédaction, les lectrices et lecteurs sur le groupe Facebook :
http://www.facebook.com/group.php?gid=61890249500#/group.php?gid=61890249500


Le billet apériodique de  Didier Roth-Bettoni

 

 

Enjeux de mémoire

 



Discussion il y a quelques jours avec Olivier Ducastel et Jacques Martineau, un peu désespérés de la difficulté pour leur film, Nés en 68, à trouver son public, notamment du côté gay, comme si le triangle rose d’Act Up sur l’affiche n’était plus un indice suffisant pour dire que l’homosexualité, sans être l’objet unique de ce (très) long métrage, en était un des thèmes majeurs, et ce sur un mode historique fort (je me répète : allez donc voir le billet précédent).

Ce qui est toujours appréciable chez eux, c’est leur conscience « communautaire » ou « militante » pour utiliser des grands/gros mots, et la façon qu’ils ont d’utiliser leurs films pour pointer les enjeux du moment.

Ici, ce qui est à l’évidence en cause comme le souligne Jacques, c’est de combattre autant que faire se peut cet irrédentisme pédé qui veut que tout soit toujours à recommencer, la mémoire gay ayant à mal fou à se transmettre, chaque nouvelle génération d’homos ayant le sentiment d’entamer une page vierge d’un cahier dont les précédentes auraient été arrachées. C’est d’autant plus frappant et violent concernant la tragédie du sida, dont le pic, entre 1985 et 1995, vit disparaître des milliers de jeunes homosexuels, et dont il semblerait que les gamins d’aujourd’hui n’aient qu’une conscience toute relative.

On comprend que pour quelqu’un qui, comme Jacques Martineau, a été parmi les premiers à rejoindre Act Up-Paris en 1990, cela soit douloureux, voire insupportable, et qu’il tente de lutter contre cette amnésie en redonnant un visage aux combattants d’Act Up, aux morts au champ de bataille de la maladie, aux fantômes aimés qui hantent encore les jours et les nuits des survivants de ce temps pas si lointain. Cette question-là de la mémoire de nos morts, de nos douleurs, de nos combats, de nos blessures, de nos défaites et de nos victoires intimes et/ou collectives, est essentielle, puisqu’elle explique – et peut-être légitime aux yeux de certains – les droits conquis depuis, pour nos couples et notre reconnaissance sociale.

Ne serait-ce que parce qu’il ressuscite ce moment fondamental de notre histoire, et quelles que soient les réticences qu’on peut avoir par ailleurs, il faut aller voir Nés en 68. Vite, avant que le turn-over à l’œuvre dans les salles, ne le rende invisible et se charge de gommer un peu plus notre mémoire trop défaillante.


Retour à l'accueil

Catégories

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés