Accueil

Ensembles-copie-1.jpg
pedeblog_kek_logo2.png
Blog LGBT du rédac' chef :
Daniel Conrad

twitter_logo_header.png

Daniel Hall


secondé par :

Gérard Coudougnan


L'équipe des "piliers" en exclusivité
ou en reprise autorisée :

Jean Yves
, Bernard Alapetite, Zanzi, Neil, Kim,
Matoo, Mérovingien02, Juju, Chori,
Shangols, Boris Bastide, Stéphane Riethauser,
 
Niklas,
Robert Wagner,
 Jag1366, Hari3669, Maykel Stone,
Marc-Jean Filaire,
Isabelle B. Price, Psykokwak,
Rémi Lange
, Henry Victoire, Didier Roth-Bettoni
et
BBJane Hudson...

Mais aussi, depuis, Cyril Legann,
Gérard Coudougnan (Livres), Voisin Blogueur,
Nicolas Maille, Sullivan Le Postec, Vincy Thomas,
Jann Halexander, Tom Peeping
, Lucian Durden,
Papy Potter, Nico Bally, Marie Fritsch,
Sir Francisco, Laurent Fialaix
et Hugo Rozenberg.

Special Guest Star : Philippe Arino.

Un grand merci à Francis Moury,
Olivier Nicklaus et à
Yann Gonzalez.
Et en special guest star gay-friendly... Dr Orlof !


et bien d'autres depuis le début et d'autres à venir...

Ce blog est partenaire de

Dreampress.com

Avec l'aide graphique de

Calendrier

Mai 2017
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles

POUR SURFER SUR CE BLOG...

Les Toiles Roses  est un blog collaboratif, indépendant et bénévole optimisé pour Mozilla Firefox (cliquer ici pour le télécharger)

TOUTES LES CRITIQUES DE FILMS : ICI
LES CRITIQUES DE LIVRES (Gérard Coudougnan) : ICI
Nos chroniques vedettes : Zanzi and the City (Zanzi), Et les filles alors ? (Isabelle B. Price),
Derrière les masques : Homollywood (Marc-Jean Filaire),
Merci Bernard (Bernard Alapetite),
Le Bazar de l'Homo Vincy (Vincy Thomas),
L'Histoire de l'homosexualité,
Dans l'ombre de Jann Halexander (Jann Halexander), Spécial Abdellah Taïa (Daniel C. Hall),
La Crypte aux gays (BBJane Hudson), Certains l'aiment camp (Tom Peeping),
 
Le Chaudron rose (Papy Potter), Petits Contes Dark-en-ciel (Nico Bally),
Marie de traverse (Marie Fritsch), Spécial Salim Kechiouche, Si j'étais homo ou hétéro...,
Spécial Stonewall, 40 ans, La gâterie du chef (Daniel Conrad Hall), La Garac'Ademy (Jean-Louis Garac)
A tort ou à travers (Laurent Fialaix), Rencontres de tous les types (Hugo Rozenberg),
 
Le Phil de l'araignée (Special Guest Star : Philippe Ariño),
Dossier et chronique-soutien
à l'association "Le Refuge" (Daniel C. Hall).

Venez rejoindre la rédaction, les lectrices et lecteurs sur le groupe Facebook :
http://www.facebook.com/group.php?gid=61890249500#/group.php?gid=61890249500

WEB : Les Blogs Roses


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Mon blog est un récit de ma vie au quotidien avec mes opinions sur certains sujets précis (islam, amour, sexualité) en tant que beur et gay et musulman. Ce blog m’apporte beaucoup car il me permet d’évacuer ce que je peux garder au plus profond de moi-même et me permet de communiquer avec les gens qui le consultent. Et j’espère avec ce blog que d’autres gays et croyants se retrouveront en moi, quelque soit leur origine et religion, et pourquoi pas susciter des débats par le biais des commentaires.

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Najim vit une vie modeste. Il exprime la joie sur son visage, étant bien entouré par des proches qui l’aiment tels que ses amis (hétéros ou gays) ou encore sa famille. D’autres qui le connaissent moins le trouvent très sympathique au premier abord, au premier contact. Najim est heureux et respire ce bonheur, qui dissipe cette inquiétude à son égard que pourrait avoir son entourage. Najim est gay mais musulman. Deux aspects qui forment l’essence de sa vie. Ce bonheur, cette joie et cette sympathie ne sont pourtant qu’un masque. Mais ainsi son mal-être et sa souffrance intérieure ne peuvent être découverts. Tel est le choix de Najim…

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

La nature (herbes, forêt, lac, animaux) car elle exprime la liberté pour moi et la vie…

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Malheureusement je ne suis pas un grand lecteur mais je compte rattraper mon retard avec les œuvres de Rachid O. pour commencer, car Rachid étant Marocain et gay je pense me retrouver dans ses écrits. (Et oui je ne lisais que de la bédé où on peut rencontrer parfois des sujet gays même dans les comics)

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Je dirais Brokeback Mountain car l’amour de deux gars qui n’assumaient pas forcément (surtout pour l’un des deux) est magique, mais je pourrais répondre aussi Tarik El Hob que je connais par quelques longs extraits et que je compte me procurer en DVD car je pense avoir déjà éprouvé fortement ce que les deux beurs héros de ce film vivent, et de ce fait me retrouver en eux.

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Je n’en connais pas beaucoup, mais je dirais Queer as Folk sans être forcément fan : elle me fait rire et les thèmes sérieux sont parfois touchants. J’ai reconnu certaines situations dans quelques épisodes que j’ai connu dans ma vie.

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

« L'enfer, c'est se lever tous ces putains de matins sans savoir pourquoi on existe... » (Sin City)

Mais il y a tellement d’autres citations qui pourraient me correspondre, notamment le texte entier de Mylène Farmer « À quoi je sers » ou « Boule de Flipper » de Corynne Charby qui, même si c’était une chanson kitsch, possède un texte pour qui n’a pas pris une ride. Exemple :

J'rêve à des endroits
Que j'me dessine du bout des doigts
Sur les miroirs de mon studio
Pas d'histoire, pas d'photo.
(…)
Moi j'suis comme une bombe
Qu'on a larguée
Et puis qui tombe au beau milieu
D'un slow d'enfer sans partenaire
Moi j'suis pas faite pour les dollars
Les défaites
J'ai un chagrin de Baby Doll
Sans idylle
Sans idole.

(Extraits de « Boule de flipper »)

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?


Cette photo parle beaucoup pour moi : le tigre renferme une affection énorme comme le démontre cette photo alors que cet animal est plutôt connu pour sa férocité et sa bestialité qui sont à l’opposé d’une tendresse que les gens ne soupçonneraient même pas, s’ils ne se penchent pas un peu plus sur la vie privée des tigres. Justement mon image extérieure ne laisse pas penser aux gens que je suis quelqu’un qui peut donner beaucoup de câlins. De plus, ces deux tigres sont comme deux peluches qu’on câlinerait bien, et on m’a souvent comparé à une peluche qu’on aime câliner.

Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

Non je ne pense pas car parfois la culture gay telle que la définissent les gens se fond parfois avec le monde hétéro, par exemple : la mode et l’esprit fashion. La fête de la musique, autre exemple, où l’on retrouve beaucoup d’hétéros dans des endroits branchés gays.

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

MP : Ne le leur dis pas…
MB : Pourquoi ? Cela pourrait t’aider.
MP : Non je ne le pense pas.
MB : Tu pourris ton cerveau à tout vouloir garder pour toi.
MP : En quoi cela va t’il m’aider, toi qui semble si sûr ?
MB : Tu ne seras plus seul à cumuler toutes ces souffrances intérieures que beaucoup d’autres doivent sûrement connaître.
MP : Oui peut-être, mais cela ne changera pas mon mal-être que je dissimule depuis toujours…
MB : Bien au contraire, dis-leur tout ce que tu endures et que tu gardes pour toi. Laisse-moi t’aider à évacuer tout cela et tu verras que cela te fera du bien de communiquer avec des gens qui prendront le temps de te comprendre ou qui se retrouveront en toi.
MP : Je ne suis pas encore sûr du résultat mais je veux bien de ton aide. 
MB : Je serai fidèle à ta personnalité, ne t’inquiètes pas…
MP : Ok je vais te faire confiance. Dis-le leur pour moi, mais s’il te plaît ne dévoile pas encore tout.

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

En fait, j’ai découvert plusieurs blogs intéressants sur le net. Certains m’ont touché, d’autres amusés et pour cela ils méritent tous d’être connus. Voilà pourquoi je ne me permettrais pas de mettre un blog en avant plutôt qu’un autre. Il y en a de tout style : sur la vie gay, sur le cinéma, les séries, la musique ou sur la faune et la flore. Mais les plus intéressants que je retiens sont les blogs persos car même si les thèmes évoqués se retrouvent sur plusieurs sites, un blog perso aura toujours sa touche personnelle bien particulière.

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

Changerais-tu quelque chose si tu avais le pouvoir de recommencer ta vie à zéro ?

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

« Je remercie Dieu pour chaque jour qu’il m’a permis de vivre à vos côtés et je prierai pour vous (mes proches) pour que vous soyez heureux et comblés pour le reste de vos vies. Merci de m’avoir aimé… »

[Note de Daniel C. Hall : Chères lectrices, chers lecteurs, je vous conseille vraiment d'aller lire Najim et de lui laisser commentaires et soutiens sur son blog. Il le mérite vraiment !]

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.



TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
HAKIMOO DU BLOG HAKIMOO


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Mon blog n’est pas mon blog, il s’agit de Les Toiles Roses. Pour une présentation de ce blog, tu peux te référer à ce qu’a déclaré Daniel C. Hall dans le 1er épisode de la saison 1 de La Saga des Blogueurs. Ici, je suis chroniqueur résident. Je tiens une rubrique qui s’appelle Zanzi and the City, histoire de revendiquer une filiation non établie avec Carrie Bradshaw. J’ai croisé Daniel sur un autre blog, et comme mon style lui plaisait, il m’a proposé d’écrire des billets chez lui. C’est ainsi que tout a commencé. Dans ma rubrique j’aborde différents sujets, je parle de mes passions (les savons, les princesses), de moi-même et de mon vague à l’âme, de la bêtise du monde, de la télé-irréalité… À un moment de ma vie, j’avais abandonné l’écriture. Tenir cette chronique me permet d’y revenir, pour le meilleur et pour le pire, c’est un excellent dérivaTiF [Private joke de Zanzi… (Note de DCH)] au train-train quotidien. J’espère que celles et ceux qui me lisent s’amusent, rient et pleurent avec moi. Le pire, c’est de laisser indifférent.

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Depuis que j’avais quitté la jungle urbaine, ses lumières artificielles et ses tours mortelles, je me sentais revivre. Le crépuscule rougeoyant qui incendiait l’horizon du Serengeti m’emplissait d’une sérénité que je n’avais jamais éprouvée auparavant. Au milieu de la savane je sentais mes cinq sens, émoussés par le rythme infernal que m’imposait le monde soi-disant civilisé, se réveiller au contact de la nature majestueuse. Près d’un point d’eau, le rugissement d’un fauve, le galop des zèbres, le barrissement d’un éléphant, jouaient ensemble la mélodie de l’Afrique. Tout mon être communiait avec cette terre que l’on dit sauvage. J’étais revenu à la source de toute chose. En son sein, enfin, je renaissais.

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Un vaisseau spatial qui file à travers les étoiles. Je suis aux commandes. Dehors, ce ne sont qu’étoiles scintillantes qui illuminent la nuit des prairies bleues du ciel. J’atteins la frontière intergalactique. Elle ressemble à un tunnel psychédélique. Mon vaisseau y pénètre et le décor change : ce n’est plus qu’un maelström de couleurs, comme si l’on survolait un arc-en-ciel. De l’autre côté de la frontière, je débouche dans un autre système solaire, et me dirige vers cette planète connue de moi seul, dont les habitants m’ont adopté.
Je ne dirai pas pourquoi : cela fait partie de mon mystère.

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Le seul que j’ai lu est décliné sous la forme d’une série, ce sont Les Chroniques de San Francisco. C’est une histoire arc-en-ciel, toute une palette de couleurs qui m’a fait passé par toute la palette des émotions. J’aimerais citer aussi un livre qui n’est pas un roman mais un recueil d’histoires courtes, écrites selon l’archétype des contes de fées. Il s’agit de Princes Charmés, de Peter Cashorali. Cela a touché l’enfant qui vit au fond de moi, et l’éternel rêveur que je suis.

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Maurice, de James Ivory. Je l’ai vu pour la première fois au sortir de l’adolescence, à une époque de mon existence où je me cherchais (je ne me suis peut-être pas encore trouvé). La rencontre des deux personnages principaux, l’exploration d’eux-mêmes, leur lutte contre leurs sentiments, leurs abandons (multiples, au propre comme au figuré), m’ont beaucoup frappé. Confronté à mes propres doutes, à mes angoisses existentielles et au poids de l’environnement familial et de ses « valeurs », j’étais en mesure de m’identifier à la fois à Maurice (James Wilby) et à Clive (Hugh Grant), ce qui était assez effrayant et révélateur d’une complexité plus que duale. Le moi d’aujourd’hui est différent, enfin j’espère…

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Dynastie. J’ai éprouvé les tourments de Steven Carrington. C’est un peu le Maurice de la fin du XXe siècle, tu ne trouves pas ? Je citerai aussi Six Feet Under, qui reste une découverte car, pour le moment, j’ai encore vu trop peu d’épisodes. Au final, Maurice (Maurice Christopher Hall, donc Maurice C. Hall !!!), Steven Carrington et David Fisher (interprété par Michael C. Hall !!! quelle famille nombreuse…), sont des écorchés vifs. Comme moi.

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

Je suis indéfinissable, et certainement trop complexe pour être réduit à une phrase retirée de son contexte.

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?

Pour entretenir l’énigme au moins jusqu’au prochain cliffhanger. Oui, c’est bien moi (merci Photoshop).

Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

Dans cette question, il me semble qu’il faille prendre « culture » au sens didactique, c’est-à-dire, « ensemble des formes acquises de comportement, dans les sociétés humaines ». Si c’est comportemental, oui, il y a une culture gay. Et même plusieurs ! N’oublions pas la culture physique, et son corollaire hyperficiel, le culte du physique, qui semble revêtir une importance considérable dans le microcosme parisien. À cet égard, on pourrait même parler d’agriculture gay. Pour s’en convaincre, il suffit de fréquenter certains lieux de convivialité, pour ne citer que l’exemple des clubs de sport, où l’on trouve quantité de ces organismes génétiquement modifiés…

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

Moi profond : Franchement, tu trouves que ça vaut la peine d’écrire toutes ces bêtises ?
Moi blogueur : Ça m’amuse…
MP : Tu t’en lasseras, comme de tout.
MB : Et après ? Je ferai autre chose…

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

Je ne fais de publicité qu’aux Toiles Roses. Les autres blogs qu’il m’arrive de lire n’en ont pas besoin, et de plus, ils se référencent les uns les autres, constituant par là même un maillage efficace. Maintenant, vingt-cinq heures ne suffiraient pas pour tout lire, tous les jours, il faut faire des choix. Et on ne peut pas passer sa vie derrière un écran d’ordinateur. Donc, lisez Les Toiles Roses et surtout Zanzi and the City ! Et puis sortez, allez au ciné, au restau, draguez dans les bars, « encultivez-vous » à l’opéra et dans les musées, les vernissages. Faites l’amour. Vivez !

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

« T’as quel âge ? »  Rien ne m’agace plus que ça. Pour être sûr et certain que l’on ne me la posera plus, je vais donc y répondre une bonne fois pour toutes. J’ai 3 527 ans.

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

Franchement, tu as de ces questions ! À supposer que je meure dans mon lit, et rien n’est moins sûr, cela dépendrait de l’âge et des circonstances. Jeune (c’est-à-dire, moins de 7 000 ans), je pourrais dire :
— Encore un moment, Monsieur le bourreau… (ah non, déjà dit par la du Barry au pied de l’échafaud, donc pas dans son lit)
Alors ce serait, dans un sanglot angoissé :
— Si vite ? Je n’ai pas vu le temps passer…
Vieux et riche d’expériences, je pourrais dire :
— Puisqu’il est l’heure, apportez-moi un verre de champagne, je vais vous montrer comment on fait la fermeture.

Et l’on dirait de moi : « Il a encore réussi à faire des bulles et à nous mettre en boîte ».

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.



TO BE CONTINUED...


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Mon blog est désormais un labo pour mes textes, j’y teste ce que j’écris en vue de l’inclure ou pas dans des formats plus classiques. Je me suis éloigné d’une narration au quotidien de ma petite vie que je jugeais un peu ennuyeuse pour partir sur autre chose, de plus romancé, de moins réel. Je ne sais pas ce qu’il peut apporter aux lecteurs, ce blog, peut-être un moment de détente entre deux dossiers, j’espère.

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Je suis tellement dans la sortie de mon livre ces jours-ci que je ne peux plus écrire une seule ligne pour qui que ce soit ! Mais la première phrase serait :

« Il ne pensait pas que sa migraine était due au guacamole infect servi en apéro par la nana. »

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Je serais le générique d’un James Bond, pour l’excitation qu’il procure à celui qui le regarde. Mélange de violence, de masculinité, de pouvoir et de sexe.

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Je n’ai pas de roman gay préféré, je cherche mais je n’en vois pas. Sérieux, je voudrais bien en trouver un, mais je n’en vois pas ! Ah ! Si ! Les Amitiés Particulières de Roger Peyrefitte, qui décrit si bien l’amour entre deux adolescents dans un internat. Ça me rappelle mes années chez les curés !

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Victor Victoria. Une comédie musicale de Blake Edwards avec Julie Andrews. Pas de meilleur argument pour la vendre.

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Will & Grace. Le couple Karen/Jack (surtout Karen) est la seule raison de regarder la série. Karen me fait hurler de rire à chaque mimique.

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

« Get away from her, you bitch ! » (Aliens, James Cameron)

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?


[Pour la première fois, nous avons une image en commun. Celle de Ron et celle de Djeb. (Note de Daniel C. Hall)]


Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay 

Une culture gay, non, une sous-culture, oui. Des marchands du temple d’une sous-culture gay, encore plus. Une sensibilité gay qu’on retrouve immédiatement dans les mots d’un autre gay, évidemment. Mais une culture, non.

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

  • -          Si ils savaient.
  • -          Oh, je crois qu’ils aimeraient encore plus. Et que les autres te détesteraient encore plus.
  •  -          Tu penses que je devrais le dire, alors ?
  • -          Non. Laisse pisser. On rigole bien.

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

Aucun. Aide-toi et Technorati t’aidera.

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

Avec qui as-tu été faux-cul récemment ?

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

« J’ai eu une chance de cocu. »

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.



 
TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
ZANZI DE LA CHRONIQUE "ZANZI AND THE CITY" DU BLOG LES TOILES ROSES


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Mon blog, c’est un condensé non exhaustif de mes coups de cœur, de gueule et, il faut bien l’avouer, de queue. Il est né de mon premier blog, qui était sur la plateforme moribonde u-blog. J’ai décidé d’opter pour une solution personnelle car j’en avais assez d’être dépendant des aléas d’u-blog. Le blogging lui-même m’a été insufflé par deux de mes amis qui m’ont fait découvrir ce monde début 2004 et m’ont permis de faire vivre mes écrits sur la toile. Je ne les en remercierai jamais assez

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Il fixa longuement ce visage qui lui paraissait inconnu : des traits masculins, un regard malicieux mais énigmatique, une barbe naissante, des lèvres appétissantes. À chaque fois qu’il le voyait, il lui paraissait celui d’un autre. Il parcourut ces lignes familières avec l’avidité de celui qui découvre, dévorant chaque détail pour se l’approprier, figeant dans sa mémoire l’unité qui se dégageait de cet inconnu apprivoisé. Puis il détourna son regard du miroir et maudit la douleur de l’incarnation.

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Une scène d’amour entre deux protagonistes, dans un lit, quelque chose de passionné, mais d’anonyme au départ du film. Car cela est le début de tout, de la vie, du désir, de la création, de la découverte. Le sexe est un moteur puissant dans tout ce que nous entreprenons, qu’il se fasse plénitude ou au contraire frustration.

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Le dernier Virginie Despentes tiens, pas vraiment LGBT mais profondément féministe.

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Zero Patience. Un chouette film pas trop connu du début des années 90 sur la théorie du patient zéro, le premier qui aurait apporté le virus du SIDA en Amérique du Nord.

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Sex and the city (so bitchy !!!) et Buffy (pour Willow, la sorcière lesbienne).

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

Je n’aime pas ce genre de questions. Je ne veux pas me limiter à une phrase. Je suis bien plus complexe que cela. [« Roméo, sors de mon corps ! », proposition de Daniel C. Hall qui va se faire engueuler par Juju !]

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?

Même réponse que la question précédente, désolé. [Moi, c’est celle-là que je préfère et tant pis si je me récolte un procès ! Attaque-moi, punis-moi, déteste-moi, oh ouuuiiiii ! (Note de Daniel C. Hall)]

Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

Oui, même des cultures gay, si l’on pense que c’est très différent d’un sous-groupe à un autre ou même d’un ensemble géographique à un autre.

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

Aucun. Ils sont en parfait accord. Un silence harmonieux donc.

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

Celui d’Eliots (moscowinparis) qui n’existe plus et que j’adorais. J’aimerais qu’il revienne.

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

Aucune. Les réponses sont indiscrètes, pas les questions !

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

Laissez-moi encore cinq minutes !

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.




TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
RON DU BLOG RON, L'INFIRMIER


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Mon blog s'adresse à un large public, mais il est vrai qu'il est lu par beaucoup de garçons... Le blog s'articule autour de 9 items principaux qui ont chacun leur univers propre. La chronique du Diable débat mensuellement sur un fait de société ou un coup de gueule, la Chronique de Madame P est, elle, un peu plus ironique et  scandaleuse... des histoires de langues de putes comme on aime bien entendre...
Vous pourrez lire les aventures de Kyle, un héros imaginaire qui vous entraînera dans les profondeurs du monde gay, des histoires parfois un peu trash mais qui font réfléchir...
Mais encore ? Les chroniques Metrosexuel City, elles, avec un petit temps d'avance vous parleront des dernières tendances, de la mode, des derniers cosmétiques imbattables pour vous rendre beau, mais aussi des petits exercices qui vous maintiendront en forme et bien galbé tout au long de l'année. La chronique Planète Paillettes, elle, vous annoncera les toutes dernières news des icônes gay...
Plus intimiste et personnel, la chronique « IN-OUT », sous forme de journal intime ne laissera rien passer... des rêves aux désillusions, des doux souvenirs aux moments les plus sensibles... une introspection en perpétuelle évolution...
Vous l'aurez compris, ce blog s'active au rythme de ma vie, tel un webzine varié et personnel à la fois, vous y trouverez je l'espère au moins un centre d'intérêt...

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Cela faisait bien longtemps qu'il marchait sous la pluie, sans but, sans joie, ni peine.
Il aimait ces petits moments simples et anodins.
Sentir les gouttes lui mouiller peu à peu les cheveux, ses vêtements se plaquer froidement sur son corps bouillonnant... Il ne se sentait pas seul, mais libre.
Libre de mener sa vie, une vie à deux vitesses, à double sens...
On dit de lui qu'il est facile de le cerner, de l'aimer rapidement, tant de gens le connaissent, pensent qu'il mène une vie rangée et heureuse...  alors qu'il continue de marcher sous la fine pluie, le sourire en coin, il sait que jamais il ne sera comme les autres, gays ou hétéros, sa vie ne veut pas se limiter à fonder une famille, avoir une maison avec un gros chien, ni avoir un boulot qui le rendra riche... car il sait, que lorsque ce jour arrive, la vie étouffe, la vie semble prendre un goût amer... un goût de routine...  ce triste goût de pourri.

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Une scène de luxure, une grande orgie aux images soignées et chaudes, seulement des corps qui s'entrechoquent, du plaisir à profusion... la beauté des corps, dans un cadre somptueux... l'amour charnel et le désir sans aucun sentiment de culpabilité et de censure. Nos vies seraient tellement tristes sans sexe, pourquoi avons-nous autant de mal à l'admettre ?

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Le dernier que j'ai lu remonte à très longtemps, le titre est Des Baffes et du sexe de Bruno Balto. J'ai beaucoup aimé le style d'écriture et la moralité de cette histoire. Je me suis retrouvé à rire tout seul aux éclats pendant certains passages, car ces situations je les avais vécues et appréhendées de la même façon... Il y a une pointe d'humour, une pointe de macabre et de pensées noires, de peur et de joie, le cocktail parfait !

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Ce sera beaucoup moins original : Le Secret de Brokeback Mountain. J'ai été touché par la violence des sentiments que l'on ressent en regardant ce film. Un amour dévastateur, destructeur, une force contre laquelle on ne peut pas se battre... Ce film nous fait prendre conscience de beaucoup de choses, quand je me suis levé de mon fauteuil à la fin de la séance, je me suis dit qu'il fallait arrêter de réfléchir, qu’il fallait agir, avant qu'il ne soit trop tard. Il ne faudrait jamais avoir l'ombre d'un regret....

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

J'ai encore le droit de ne pas faire original ? La série du moment c'est bien sûr Desperate Housewives, enfin une série qui réunit tout ce qu'on aimait déjà à la base, et qui pour couronner le tout nous rajoute une intrigue sombre, dont on arrive difficilement à envisager le final...

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

ZAZIE - Si j'étais moi
« Si j'étais moi, ni les démons que je cache,  les idées noires, les flammes que je crache ne me feraient peur… »

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?


Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

J'ai envie de crier « oui », et je le crie ! Il faut éviter de croire que la culture gay, à l'heure d'aujourd'hui, n'est qu'une pompe à fric. Malheureusement certains en font leur gagne-pain, mais il faut bien garder à l'esprit que ce ne sont pas eux qui en sont les créateurs, mais simplement de mauvais publicitaires qui n'arrivent pas à avoir leurs propres idées. La culture gay, selon moi, est un outil de communication très important, qui chaque jour touche de plus en plus de personnes dans le monde, qui montre toute la créativité, l'innovation et l'ouverture d'esprit que nous pouvons avoir. Certes, elle restera critiquée, mais je pense sincèrement que c'est ce qui nous emmène au dialogue, à l'ouverture de débats, car même si l'on voit souvent le côté festif, la culture gay a aussi une histoire marquée, une vraie identité, chose qui pour moi, est la plus importante...

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

Blog : Je vais le faire, peu importe ce que les autres vont en penser.
Moi intérieur : Tu m'énerves !
Blog : Je t'emmerde !
Moi intérieur : Et bien, fais-le ! Tu n'en fais qu'a ta tête !
Blog : Tu crois que j'ai raison de le faire ?
Moi intérieur : Tu m'emmerdes !
Blog : T'es vraiment énervant ! Je te le dis, ma pauvre fille !

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

« Que pensez-vous de la reproduction de masse des huîtres en bassin artificiel ? »

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

« N'oubliez pas ce que je vous ai dit, pas de pleurs ni de lamentations, rappelez-vous simplement de toutes les petites conneries que j'ai pu faire, et riez, riez jusqu'a en crever. »

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.




TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
JULIEN DU BLOG I LOVE JUJU


Pouvez-vous (Cyril et Laurent) nous présenter votre blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il vous apporte et ce que vous pensez qu’il apporte à vos lecteurs (trices) ?

Nous avons voulu créer ce blog pour combler un vide. Peu de magazines ou de sites abordent la période de l’adolescence d’un point de vue « homo-érotique ». En tant qu’amateurs de beaux garçons, nous apprécions les artistes qui les mettent en valeur comme certains photographes ou réalisateurs. Ce blog est un hommage à la beauté adolescente dans les arts. On espère, à notre échelle, recenser tout ce qui se rattache à l’imagerie de l’adolescence (musique, cinéma, photographie, littérature, peinture…). C’est aussi pour cela que nous l’avons écrit en anglais, pour toucher le maximum de visiteurs.

Vous écrivez le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que vous-mêmes. Quel serait ce paragraphe ?

« Je n’aime pas les portables. J’aime les bracelets de force. Je n’aime pas le théâtre de rue. J’aime les défilés d’Hedi Slimane. Je n’aime plus aller au cinéma. J’aime aller aux concerts avec mon Tadzio.
Mon portable sonne. Je décroche. C’est Romain. Il me demande de le rejoindre au cinéma. Je dis oui. Je suis faible, comme d’habitude. On doit se retrouver après son cours de théâtre, j’y cours… »

Si vous étiez les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

La terrasse d’un appartement bourgeois parisien. Jean-Baptiste, un adolescent de seize ans à la chevelure désordonnée, se prélasse torse nu sur un transat, écoutant de la musique sur son ipod. Il attend son meilleur ami, Matthieu pour aller rejoindre leurs amis au jardin du Luxembourg…

Quel est votre roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Dream Boy de Jim Grimsley, pour son érotisme et sa prose.
Guide de Dennis Cooper, pour son univers et son style.

Quel est votre film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

In Extremis d’Etienne Faure. Parce que c’est un film indépendant surprenant, avec un Aurélien Wiik sublime qui se déroule dans le Paris que nous aimons.

Quelle est votre série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Queer As Folk, version américaine car elle réunit non seulement des thèmes gays mais aussi des questions plus existentielles. Et surtout, c’est une série qui ne va pas forcément dans le sens du poil… Tous les personnages sont réussis même dans leurs stéréotypes.

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait vous  définir à la perfection ?

« John s’était assoupi, serrant des deux bras son oreiller sur son visage, une procédure d’isolement que j’avais souvent observée, ronflait lentement. Il était complètement nu, son t-shirt rejeté en boule, cachant judicieusement son entrejambe. » (d’après Le livre de John de Michel Braudeau)

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait vous définir le mieux ou donner des pistes sur votre personnalité ?


Matthew Barry dans La Luna de Bernardo Bertolucci

Question piège : Pensez-vous qu’il existe une culture gay ?

Il y a une culture gay s’il y a une culture hétéro, ce que nous ne croyons pas. On parlerait plutôt de sensibilité gay, plutôt que de culture gay.

Quel dialogue pourriez-vous imaginer entre votre moi profond et votre moi blogueur ?

Aurons-nous  le temps de tout mettre sur notre blog ?

Quel est le blog que vous voudriez réellement faire connaître et pourquoi ?

Le blog de l’écrivain américain Dennis Cooper. C’est un modèle d’interaction entre un écrivain passionnant et ses lecteurs.

Quelle question ne voudriez-vous pas que l’on vous pose ?

« T’as pas une clope ? »

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

Blog me tender…

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.




TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
DAVID ET SON SKYBLOG SE-XY


Peux-tu nous présenter ton site, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

www.homosf.com se veut être une référence sur la question LGBT dans les œuvres de l’imaginaire : fantastique, fantasy et science-fiction. J’ai toujours été un dévoreur de livres, mais ce sont les littératures où le merveilleux nous fait oublier la réalité du monde qui nous entoure qui ont toujours retenu mon attention. Ce type de littérature, bien que souvent considéré, particulièrement en France, comme de la seconde zone, indigne des belles lettres de nos académiciens, possède pour moi un élément qui la rend des plus attirantes : tout y est possible. On peut y braver ou contourner la science, la religion, y faire apparaître des créatures fantastiques ou voyager à l’autre bout de l’univers. Jusqu’au jour où je me suis rendu compte que finalement, malgré ce degré de liberté formidable, elle ne faisait que perpétuer les tabous de nos sociétés, et que peu d’auteurs arrivaient à les dépasser. Cela a commencé pour moi avec Mercedes Lackey, et j’ai alors décidé de traquer les autres auteur(e)s et œuvres et de permettre ainsi de montrer un autre facette de la S.-F. J’ai commencé par un article dans Science-Fiction Magazine (www.sfmag.net ). Le site en est la suite logique…

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Ça y est, c’est aujourd’hui. Ce jour tant attendu est enfin arrivé. Jeremy est aussi fébrile que moi, je le sens à coté de moi, alors que nous allons rejoindre les filles. Dire qu’il fut un temps où ce qui va se passer n’était pas possible, voire même inimaginable. Comment un peuple a-t-il pu survivre autant de millénaires sans prendre conscience du pouvoir qu’il avait en lui et du bonheur qu’il pouvait ressentir et procurer dans cette communion de corps et d’esprit ? Pour nous qui avons accès à cette mémoire, à chaque parcelle d’instant vécu par chaque représentant de l’humanité depuis que le monde est monde, nous ne comprendrons jamais comment tant de haine et d’intolérance ont pu naître au cœur d’un tel paradis. Mais je m’égare, la seule pensée de la conception d’un nouvel être, fait rejaillir en moi toutes les images de notre existence à tous. Nous approchons de chez les filles. Nos esprits sont en communion depuis plusieurs semaines déjà afin de préparer l’événement, mais les revoir physiquement me faire toujours grand plaisir. Comme quoi, certains atavismes persistent toujours en nous. Les filles nous attendaient, bien entendu. Océane, tout de bleu vêtue, comme toujours, avait les bras autour de Marine, dont la chevelure rousse mettait en valeur ses magnifiques yeux verts. La blancheur de la peau de Marine contrastait avec la nuit de celle de sa compagne, et ainsi enlacée, on voyait surgir du fin fond des temps deux anciennes déesses venues apporter leur don parmi nous. Tous les quatre réunis, sans un mot, mais d’une pensée, nous avons rejoint le lieu que nous avions choisi. Avec deux mères au nom aquatique, nous ne pouvions rêver mieux que de le faire au bord d’un trou d’eau, et plus particulièrement sous la cascade qui dévalait les pentes à quelques lieues d’ici. La journée était magnifique, le soleil haut dans le ciel, la température de l’eau des plus agréables. Tout est parfait, tout va pouvoir commencer…

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Un long travelling sur l’océan avec un groupe de dauphins jouant dans les flots d’un voilier où je serais à la barre avec l’homme de ma vie dans mes bras… Un zeste de Grand Bleu mixé avec des fantasmes de marin, pas d’explication, juste une vision qui me submerge.

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

La Trilogie de la Magie de Mercedes Lackey : Vanyel, fils de noble peu reconnu par ses parents, va trouver en lui à la fois des pouvoirs magiques qui pourraient donner naissance à l'un des plus puissants héraut-mage de tous les temps, et sa rencontre avec un jeune héraut va changer radicalement sa vie.
La Trilogie de la Magie du cycle des Hérauts de Valdemar est pour ainsi dire à l’origine de mon site. La découverte de son homosexualité par le personnage principal en même temps que ses pouvoirs est l'exemple type du but que je recherche : fournir des référents autres que ceux fournit par les médias tout en savourant une belle histoire.

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

La Tentation d’Aaron.
Deux garçons que tout oppose et un pari idiot : Aaron, jeune mormon, et Christian, voisin des mormons, qui ne croit en rien si ce n’est qu’il va se faire un nouveau mec chaque soir… Christian travaille dans un restaurant et va faire le pari avec ses collègues qu’il arrivera à « convertir » un des mormons. Son choix se porte sur Aaron...
Tout en montrant la force et l’acharnement du dogme et de la foi mormone face à l’homosexualité, C. Jay Fox réussit à nous convaincre que ce combat n’est qu’apparent. Aaron ressort fort d’une foi plus grande encore, mais une foi en la vie, en l’amour plus grand que le dogme. Christian, de son côté, découvre que la foi est nécessaire à la vie, une foi en l’autre, notamment en participant à un programme d’aide à domicile pour les malades du sida. En résumé, une histoire d'Amour avec un grand A, qui transcende la simple sexualité des personnages, histoire de rappeler que dans homosexuel, il n'y a pas que sexuel, mais aussi deux personnes qui s'aiment.

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Six Feet Under : une ambiance proche du fantastique (y a même des fantômes), un couple gay qui n’est pas centré sur des histoires de cul mais bien de couple et d’amour, mixte de surcroît (comme le mien), vous faut-il d’autres explications ?

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

« Va et voit , mon amour » les derniers mots de Rosanna Arquette à Jean-Marc Barr à la fin du Grand Bleu.

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?

J’ai plusieurs tableaux de Kinu à la maison, mais celui-ci est celui que j’utilise lorsqu’il faut mettre un avatar dans les forums, sous MSN, partout…

Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

Oui. Je vous renvoie à Wikipedia pour une définition plus complète, mais j’en retiens surtout que la notion de culture est difficilement définissable (pas moins de 200 définitions recensées). Alors je me contenterai de considérer la culture comme un ensemble de choses partagées par une communauté, un groupe : une Histoire (le Triangle Rose, Stonewall…), des lieux, des manifestations, un jargon, des journaux, une télé, des œuvres littéraires… Ces œuvres ne sont pas obligatoirement ni seulement estampillés gay, mais sont reconnues par un ensemble suffisamment vaste pour devenir des œuvres de références dans la littérature gay (Les Amitiés particulières pour n’en cité qu’une). L’ensemble des gays ne se reconnaît pas dans une « culture gay », et alors ? Est-ce que chacun se reconnaît dans sa « culture d’entreprise » ? Est-ce que nous nous reconnaissons tous dans la culture franchouillarde ?

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

Mon état mental est suffisamment critique avec des envolées vers d’autres mondes au cœur d’un livre ou de mon imagination pour que j’évite de rentrer en débat avec mon moi, je risquerais de ne pas en ressortir …

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

Les Toiles Roses, bien sûr ! Mais vous n’avez pas besoin de moi J.

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

« Qui c’est qui fait la femme ? » Cette question a le don de m’irriter, elle est à la fois sexiste et homophobe, et c’est pourtant la première question qui vient à l’esprit des mecs qui apprennent que je suis homo…

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

« Je t’aime ». J’adore ces 3 mots ensemble, et je n’en vois pas d’autres à dire…

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.




TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
CYRIL & LAURENT DU BLOG LA GARCONNIERE


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Mon blog est né d’autres blogs grâce aussi à TRYPTAN (Mme Marcadet) qui m’en a montré l’usage et la liberté que cela procurait. Journaliste pigiste, c’était aussi pour moi, la possibilité d’écrire sans contrainte et de créer une ligne éditoriale propre me permettant tous les sérieux et toutes les fantaisies. D’abord installé chez U-Blog, je suis rapidement passé à DotClear qui m’a permis de mettre du son, de la vidéo, des photos et du texte bien sûr sans les contraintes normatives de U-Blog. Quant au contenu de mon blog, il est éclectique. Je dis souvent que c’est une auberge espagnole mais chic et gay, qu’on y trouve ce qu’on y apporte. Cependant, le personnage de Grey Mondain me permet d’aborder les sujets du moment à travers le prisme de la futilité et de la mondanité. Mais pas toujours, juste pour dérouter ce qu’il faut, pour brouiller les pistes. Qui tire les ficelles : Grey Mondain ou son créateur ?

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Les coussins sont moelleux pensa-t-il en s’asseyant dans ce fauteuil princier. La posture qu’il avait adoptée était à la hauteur du fauteuil. Une arrogance légère presque insouciante s’en dégageait. Elle convenait au lieu. Décontracté et chez lui, il passa commande. Alors que le barman lui apportait son champagne, il soupira d’aise et s’entendit dire : « Ah ! je me sens revivre ! » Il était au Fontainebleau, le bar du Meurice. La terre s’arrêtait de tourner. Déjà, il était hors du temps.

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Le choix est difficile ! Mes classiques préférés se bousculent dans ma tête. En citer un plutôt qu’un autre serait assez réducteur. Aussi ma réponse sera presque la même que celle que j’ai faite à Clarence Dutilleul : Ce serait un film auto-promo conceptuel, un plan fixe sur le dos d'un fauteuil d'un grand bar d'hôtel parisien avec un cocktail sophistiqué et onéreux sur une petite table à hauteur de ma main. D’ailleurs on la voit prendre le verre et goûter au cocktail. Off et en boucle, des répliques cultes de films « How do I look ? Very good I must say I’m amazed ! », « I am a very stylish girl », « À la Cour monsieur ! À la Cour dont je suis », « Les pauvres bêtes qui veulent prouver leur amour ne savent que se coucher par terre et mourir. », « It’s beyond my control », « Lights Models Guest lists ust do your best darling »… D’autres répliques se perdent en murmures.

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Les Chroniques de San Francisco. À cause de l’humour et du tableau brossé d’une époque déjà révolue. J’attends toujours le Armistead Maupin français qui réaliserait le même tour de force. En vain pour l’instant.

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

La Belle et la Bête de Cocteau. Je l’ai vu pour la première fois à 6 ou 7 ans et je tombais amoureux de Jean Marais. J’avais déjà conscience d’être gay, de ma normalité sans savoir encore que ce n’était pas la normalité de tout le monde.

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Indubitablement Queer as Folk version US. J’avoue que le personnage de Michael me tape sur le système avec son côté américain moyen cheap. Quant à Justin, il est blond et les blonds, je les laisse aux autres. Cette série montre assez crûment l’univers gay. Elle me rappelle mes années « Marais » lorsque je commençais mes sorties le mercredi soir pour faire la tournée des bars et des boîtes de Paris ou de Londres. Je me retrouve dans chacun des personnages.

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

Facile, c’est une des devises de mon blog ! « How do I look so young ? Quite simple ! A complete vegetable diet, 12 hours sleep a night and lots and lots of make up.  » La réplique culte de Truman Capote dans le film Death by murder, en référence très certainement au « How do I look ? » non moins fameux dit par Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany’s. La boucle était bouclée.

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?

Le Royal Picardy un somptueux hôtel construit en 1929 au Touquet. Né sous une mauvaise étoile, le crash boursier, cet hôtel a été détruit au début des années 70 pour y construire une tour de 11 étages et un lycée hôtelier… Le comble non ?

Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

Débat important. Pour certains c’est une hérésie de parler d’une culture gay, que ça renforce le communautarisme et provoque l’exclusion. Pour ce qui me concerne, je pense que la culture gay existe et qu’elle a toujours existé. Selon les époques et les cultures, elle a été plus ou moins codée, mais toujours identifiable par les rares élus ! Il est à noter ce livre que m’a offert une amie, Un goût exquis, essai de pédesthétique d’Antoine Pickels, collection ah ! éditions cercle d’art. À lire absolument. Il répond très bien à la question en 126 pages.

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

Le créateur : Tu ne crains pas qu’on te catalogue uniquement comme langue de pute ?
Grey Mondain : Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage.
Le créateur : Mais tu es impossible !
Grey Mondain : Et encore tu ne sais pas ce que je fais dès que tu as le dos tourné.
Le créateur : Je n’aurais jamais du te créer.
Grey Mondain : La créature échappe toujours à son créateur.

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

Le mien. On n’est jamais assez lu.

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

Celle là justement ! Je plaisante. En fait, je ne supporte pas qu’on me demande mon âge. Entre 25 et 85 ans la question ne pose pas.

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

Va chier connasse ou Witches never puke.

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.




TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
KRISS DU SITE HOMOSEXUALITE ET SCIENCE-FICTION


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Tatiblog est un savant mélange entre cyclothymie et hédonisme. Il me sert parfois d’exutoire. Je ne sais pas ce qu’il apporte aux lecteurs et lectrices, il faut leur demander !

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Tu sais bien que je ne sais pas écrire. Et encore moins un roman ! J

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Une image de clubbers hurlant, en communion parfaite, sur une montée électro à la Miss Kittin. Ce sont des instants magiques qui me font toujours vibrer malgré les années passées à écumer les clubs.  

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Butch femme mode d’emploi de Leslea Newman. C’est très drôle. Mais mon préféré reste Sex Addict de Tatiana Potard ! Non, sans déc’, je viens de finir The end de Didier Lestrade, et c’est vraiment un très bon livre.

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Priscilla, folle du désert ? The Rocky Horror Picture Show ? Hedwig ? Pédale Douce ? Tipping the Velvet ? Ne me demande pas de choisir…

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

L Word ? Abfab ? Will & Grace ? QAF ? Non, choisis toi…

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

Une locution latine de Virgile : « Omnia Vincit Amor »

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?

Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

Une culture ? No comment… mais des éditeurs gays oui ! J

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

-          Tu ne peux pas écrire ça !

-          Mes lecteurs sont assez intelligents pour comprendre que je plaisante…

-          Efface ce post !

-          Fuck !

-          Je te paye une vodka-coke si tu l’effaces.

** Delete * *

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

http://www.manycreation.com/index.php simplement j’aimerais filer un coup de pouce à cette jeune créatrice talentueuse.

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

« Et sinon, tu fais quoi comme vrai métier ? »

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

« Il est déjà fini l’happy hour ? »

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.




TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
GREY DU BLOG GREY MONDAIN


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Mon blog propose une exploration de la thématique du Mal dans la littérature, et la création artistique en général (cinéma, littérature, peinture….) Par extension, et par manque de rigueur, je me suis aussi à parler du Mal en général, via l’actualité, les faits divers… je suis anthropologue de formation, tout est matière à l’analyse.
Je l’ai commencé pour accompagner la sortie de mon livre Le Testament de Saint Farucel, journal d’un possédé, qui est une expérience littéraire, poétique, autour de Lucifer. Le livre est très hermétique et comme il n’aura jamais l’honneur d’une édition avec 130 pages de commentaires, je me suis dit que je pouvais lui faire ce petit cadeau. En plus, le livre est un hommage explicite à tous les auteurs « traités » dans le blog – et je trouvais intéressant d’expliquer plus avant la filiation (le Diable dans Beckett, par exemple, c’est pas forcément la première chose qui saute aux yeux).
Le lien à la culture Gay est ténu, mais présent. C’est une revue de tous ces artistes écorchés vifs qui vous brûlent la tête quand vous êtes un ado terrorisé à l’idée du désir gay qui vous hante toutes les nuits. C’est sûr, après, ça va mieux…
Ça m’apporte quoi ? Pas grand-chose, si ce n’est le plaisir de me replonger dans cet univers qui a été le mien pendant longtemps. J’ai écrit ce livre il y a dix ans, c’était intéressant pour moi de voir à quel point j’ai changé – et en même temps à quel point tout est encore là, en moi. Le Diable ne m’a jamais quitté. Je suis tendanceur dans la pub, et franchement il est là, partout, tout le temps, en douce, sous les surfaces lisses.
Ce qu’il apporte aux lecteurs ? Sans doute pas grand chose. Je ne raconte pas ma vie, je ne commente pas l’actualité, je ne fais pas les potins, ni les débats. Je ne suis pas du tout dans la culture blog, ce n’est même pas écrit comme un blog, qui appellerait aux réactions, aux commentaires. C’est juste, pour ceux qui veulent, une petite visite d’un musée imaginaire, et peut-être un éclairage nouveau sur certaines œuvres, sur la création, le mal. En somme, je ne leur apporte rien du tout. C’est eux qui prennent, si ils veulent.

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

« Je ne me vois pas héros de roman. Les héros vont au bout d’eux mêmes, nous on s’arrête un peu avant. »

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Dans Batman II, la scène de « naissance » de Catwoman. Michelle Pfeiffer, la gentille secrétaire blonde et soumise, est balancée du haut d’un building et s’écrase au sol. Les chats la ressuscitent. Elle rentre chez elle, groggy, habitée. Elle pète tout dans son petit apart’ de bachelorette rose et propret, bien cosy, et se confectionne vite fait son uniforme intégral cuir et latex oversex. Dans la tempête de sa colère destructrice, elle éclate aussi son installation néon toute niaise sur le mur : le « hello there » devient « Hell here ». Catwoman est née, le film peut commencer. La scène est d’une maîtrise incroyable, Tim Burton est un génie. Et bon voilà, cette ambivalence, ça me parle (tu parles d’une surprise…)
Sinon (je triche), dans Shawn of the Dead, le long plan séquence où le héros, un lad londonien très 2005, tranquille, fatigué, la gueule dans le cul après un week-end de beuverie, sort de chez lui le lundi matin pour aller au boulot et s’acheter, comme tous les matins, à l’épicerie du coin, son petit déj. Il est tellement dans le cul qu’il ne voit pas qu’il traverse l’apocalypse, qu’il ne croise que des zombies. La scène est très forte car elle fait écho au même plan séquence, 10 minutes plus tôt, du même parcours avant l’explosion de l’épidémie zombie. Et l’intention est très claire de montrer que tout cela n’est somme toute pas tellement différent de ce qu’on vit tous les matins. Peu après, dans le bus, il entend le tube trans de 2001, « Zombie Nation ».

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Trois choix :
Notre Dame des Fleurs de Genet, et toute son œuvre. Le sublime et le grotesque, le bien et le mal, et l’inversion des deux, tout y est.
Dracula de Bram Stoker : une rare sensualité, une thématique de la contamination et de l’immortalité hypermoderne.
Dorian, la « reprise » par Will Self du Portrait de Dorian Gray transposé dans le milieu Gay anglo-saxon des années 80. Culte du corps et des images, épidémie, vanité, jeux de miroir et d’imitations, pour moi c’est l’œuvre définitive sur la gaytude.

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Poison de Todd Haynes. Hommage à Genet, inventivité formelle, hyper sensualité.
Torch Song Trilogy, aussi. Justesse, Emotion, Humour Camp.

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Pas très original, mais c’est Six Feet Under, surtout les deux premières saisons. Pour l’incroyable qualité narrative, le refus du climax, le respect ultime pour les personnages et leur humanité (ni bons, ni mauvais, juste humains, trop humains), la volonté de confronter directement la mort, et la profondeur, l’acuité du regard sur la vie. Je peux dire honnêtement que j’ai appris un tas de truc sur la vie, sur moi, sur ma relation avec mon mec, par cette série. Je me rappelle qu’à la fin de la première saison, j’étais tellement bluffé et secoué que je me suis dit : « Tiens, j’ai pas ressenti ça depuis la lecture de Dostoïevsky ».

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

Je ne sais pas me définir à la perfection, je ne crois plus en la notion d’individu, encore moins à celle de perfection, je suis en perpétuelle redéfinition. Ca serait quelque chose entre « so slowly goes the night » de Nick Cave, « Bossy » de Kélis et « Born This Way » de DJ Pierre… Je sais c’est pas des phrases, mais les titres parlent d’eux mêmes, non ?
Sinon il y aussi cet extrait de Baudelaire :

« Pendant que des mortels la multitude vile, Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci, Va cueillir des remords dans la fête servile, Ma Douleur, donne-moi la main; viens par ici, »

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?

C’est une photo qui dit tout : prétentieuse, floue, prise dans des chiottes à Brooklyn, enflammée, triste… juste un visage qui émerge à peine dans les ténèbres, bientôt effacé.

Et ce tableau de Carravagio, qui marque selon moi un tournant dans l’historie picturale, mais surtout pour ce qu’il dit d’une attitude de vie : une fascination quasi obscène pour les mystères de la chair (la chair, c’est le corps habité par l’âme) et de la foi – c’est quoi cette plaie qui ne saigne pas ?
J’ai écrit un post sur Carravage dans mon blog – l’histoire et l’œuvre de ce type, brigand voyou et pédé, ami des putes et ennemi de la police, sont d’une modernité et d’une radicalité sidérante.

Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

Non. La Gaytude est partout, elle est dans le regard. De toutes façons les questions de genre sont tellement structurantes qu’aucune œuvre ne leur échappe.

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre toi moi profond et ton moi blogueur ?

Moi Blogueur : Quand est-ce que tu me réveilles pour écrire ton prochain post ?
Moi Profond : Quand il fera vraiment trop moche pour aller faire du wake-board et que je n’aurais plus d’autres choix que de me plonger dans mon spleen.

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

Je l’ai dit, je suis très peu dans la culture blog. Je trouve assez difficile de trouver des trucs vraiment intéressants dans cet océan de langage sms. À une époque, j’allais souvent sur des blogs comme celui de Nightwitch, des fans de gothiques où le mal adolescent s’expose à vif, comme dans mon bouquin. Ou sinon le blog de Corine Lesnes, du Monde, propose un regard intelligent sur l’Amérique. Ou alors facehunter, qui chasse les looks dans les soirées urbaines. Mais franchement, je préfère être dehors que scotché devant mon écran.

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

J’aime toutes les questions, par principe.

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

C’est le problème avec les blogs, cette obsession de la postérité, regardez-moi, regardez-moi, moi aussi j’ai quelque chose à dire. Moi j’m’en fous maintenant. À ma mort, je voudrais que mes proches ne soient pas tristes, qu’ils se disent juste « il a aimé ».
Moi je dirais juste « je m’en vais, je vous aime », un peu comme quand on raccroche au téléphone.
Et sur ma tombe, je veux bien qu’on écrive la citation d’Alice, de Lewis Caroll « Mais si la vie n’a pas de sens, qu’est-ce qui nous empêche de lui en inventer un ?», ou quelque chose comme ça…

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.



TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
TATIANA DU BLOG TATIBLOG


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs (trices) ?

Tout d’abord merci d’être le lecteur (anonyme jusqu’à présent) de mon blog, et de m’inviter au même titre que des blogs beaucoup plus populaires comme Parisianboys par exemple.
L’idée d’un blog m’est venue quand je me suis mis à écrire l’histoire de la sensualité d’un personnage où la réalité s’entrelace avec la fiction. Alex, mon héros, a-t-il une existence réelle ? Est-il mon compagnon de route qui me fait ses confidences, et qui est complice de mes écrits ? Est-il un double de moi-même ? Le mystère reste entier et n’a, en fait, pas d’importance.
Mon souhait est de revaloriser un érotisme, en l’occurrence un érotisme bisexuel, qui ne fait aucune concession à la vulgarité, à la grossièreté, à la pornographie, comme c’est généralement le cas.
Je m’adresse à tous ceux qui considèrent que l’érotisme est à l’opposé de l’hypermarché du sexe.
Je ne fais pas de racolage, je mets peu d’images, mais les épisodes des Confidences d’Alex que je publie sont courts (une page en général), pour ne pas abuser du temps de mes lecteurs, et autonomes, avec un début et une fin, si possible une chute.

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Comme je suis un adepte de l’humour, et que je n’aime pas parler de moi, j’écrirai :
« Il quitta brusquement, au milieu d’une phrase, avec muflerie, le brouhaha et la cohue de ce vernissage mondain, les papotages insipides, les commentaires où la prétention faisait jeu égal avec la niaiserie. Il laissait le champ libre à tous les délires et toutes les effusions, à toutes les louanges saturées d’arrière-pensées hostiles, à toutes les interrogations et réprobations qu’il provoquait…
Insaisissable. Il voulait rester insaisissable.
Après tout, c’était lui, l’artiste ! »

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Le film de ce que je viens d’écrire à la question précédente. « il » étant joué par un acteur, beau comme un dieu.

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

C’est le roman que je n’ai pas encore écrit, et dont je n’ai pas encore trouvé le titre. Et qui sera sublime, forcément sublime !

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

The Pillow Book, de Peter Greenaway ; Les Terres froides, de Sébastien Lifshitz, Brokeback Mountain de Ang Lee.
Pourquoi ? Parce que c’est du bon cinéma, contrairement à la plupart des films sur cette thématique, qui évoque l’homosexualité ou la bisexualité avec subtilité et passion. Et qui laissent la place au doute, à l’incertitude, aux interrogations. Et qui ne sont pas larmoyants.

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Je ne regarde pas la télé, sauf Arte de temps en temps, pas vraiment porté sur la thématique en question, et quelques films sur Canalsat.

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

Impossible de répondre à cette question, je n’arrive pas à me définir moi-même.

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?

Un siège surélevé pour voir plus loin, si possible au-delà de l’infini. Les pieds dans le quotidien. La tête dans le fabuleux chaudron. L’œil chimérique. Un insatiable désir de chair fraîche.

Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

En quoi est-ce une question piège ?
Je pense que oui, mais je m’en fous.
Je suis trop épris de liberté pour m’intéresser à quelque chapelle.

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

Espèce de con, d’où te vient ce besoin de raconter tout ça ?

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

D’abord le mien, bien évidemment !

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

Me demander de me définir.

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel (le) s seraient-ils (elles) ?

Salut. J’ai passé un bon moment. Je vais aller voir ailleurs. J’adore les ailleurs.

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.


 

TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
NICOLAS CHEMLA DU BLOG SAINT FARUCEL


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Mon blog est Ziggyjack et se trouve a l'adresse suivante : http://ziggyjack.blogspot.com.
Mon blog a pour but de me raconter et bien sûr, de l’agrémenter avec de jolies photos que je trouve ici et là.  Il est un excellent exutoire puisque j'y raconte un côté caché de ma vie, caché à mes proches et même a mes meilleurs ami(e)s.
Hé oui !  Ces derniers n'ont aucune idée de la personne que je suis vraiment. Mon épouse ne sait pas que j'ai une maîtresse et des amants. Ma maîtresse ne sait pas que j'aime des hommes à l'occasion. Et les hommes que je rencontre ne savent pas que je suis une personne bien connue dans mon milieu… un milieu qui n'aimerait pas savoir que je suis bisexuel.
Alors voilà toute la complexité de l'homme que je suis et pourquoi il est si précieux de pouvoir me raconter à des gens qui ne me jugent pas.

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Ziggy ? Hé bien, Ziggy c'est moi. Je suis marié à une femme que j'aime et qui, comme moi, est dans la jeune quarantaine. Pour elle, je suis le mari parfait qui n'a d'yeux… que pour elle. Mais moi, je conjugue le verbe plaisir, aussi, avec ma maîtresse et d'autres fois avec certains messieurs. Avec des couples à l'occasion parfois. C'est que dans ma tête, je dissocie totalement amour et plaisir, amour étant invariablement accompagné du plaisir, mais le plaisir n'étant pas automatiquement teinté d'amour. Vous me suivez ?

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Je serais étendu dans un grand bain, appuyé paisiblement contre un bel homme. Et au bord du bain, serait assise, aussi nue que nous, une délicieuse jeune femme éblouie par nous. C'est que le bain, ça se prend après l'amour…

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Je n'en ai lu aucun. Peut-être vais-je en écrire un éventuellement…

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

If these walls could talk 2 : Ce film raconte trois histoires du vécu homosexuel, se passant à trois époques différentes et touchant trois sujets distincts.

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

The L Word : Parce qu'elle raconte la relation humaine et de couple au travers du monde homosexuel, démontrant que l'être humain, peu importe son orientation sexuelle, passe au travers d’étapes de vie semblables, en éprouvant des émotions identiques.

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

Pleure à ma place (chanson de Richard Séguin, chansonnier québécois) : « Je suis l'homme fort qui console tout le monde mais qui règle lui-même ses moindres soucis. »

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?

Il s'agirait sûrement d'une image ou d'un tableau mélangeant les corps des femmes et des hommes, montrant un moment de pur bonheur et de paix…

Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

Oui, bien sûr.  En fait, je crois que la culture gay est bien semblable à la culture de gens d'une même nationalité vivant dans une autre communauté. Par exemple, les québécois, bien qu'ils ne s'aiment pas tous, se lieraient ou se concentreraient dans une même communauté s'ils vivaient dans une autre province du Canada. Afin d'obtenir des droits et sentir une présence « connue » ou « reconnue », une certaine solidarité avec des gens qui ont un vécu semblable.

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

Il est certain que nous aurions une large discussion sur les raisons pour lesquelles je ne peux dire ouvertement aux gens que j'aime, l'homme que je suis vraiment. Je trouve effectivement bien dommage de ne pouvoir partager mes plaisirs avec eux.

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

Bien que j'adore le blog Ziggyjack, j'aurais aimé que le blog que j'ai partagé avec une amie ait pu rejoindre les gens. Comme si l'homosexualité était reconnue, mais que la bisexualité l’était moins. Je parle du blog que nous avons tenu à deux : http://biaulogie.blogspot.com.

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

Je n'aime pas que l'on me questionne sur mes ami(e)s. Je suis très protecteur.

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

La vie est un sommeil, l'amour en est le rêve, et vous aurez vécu si vous avez aimé. Moi, j'ai aimé et j'ai été bien aimé, je vous quitte donc heureux.

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.


TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
MATHYS DU BLOG CONFIDENCES D'ALEX


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Notre blog s’appelle Barbi(e)turix, c’est le blog où l’on peut télécharger le fanzine papier du même nom. Ce fanzine est le seul du genre pour filles ! Il est réalisé par une vingtaine de personnes qui le diffuse sur Paris dans les bars, clubs, disquaires, librairies, concept stores, etc. On y trouve des infos sur le clubbing, la musique, les expos, le théâtre, la mode bien sûr et pas mal de pages déconne !
Le blog de Barbi(e)turix recense également une espèce « d’annuaire de survie du net » indispensable à toute fille qui aime surfer ! On y annonce aussi divers événements (concerts, soirées, sorties de disques, de bouquins…) qui peuvent ponctuer la vie parisienne et entre autre nos soirées : « La Méchante Soirée » qui a lieu tous les premiers vendredis du mois à
la Flèche d’Or.

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont l'héroïne n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Je ne vais pas pouvoir te l’écrire à l’instant car j’ai un réel besoin de faire appel à un nègre pour ça. Il m’est impossible de parler de moi à la première personne, je fais partie de cette toute petite catégorie de personne qui n’aime pas parler d’eux-mêmes et qui travaillent dans l’ombre. Selon moi, le sujet le plus intéressant sur terre est loin d’être moi-même ! Mais peut-être que je me trompe ?!

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Une foule en sueur, qui danse dans un club  au petit matin. C’est le moment où j’arrête de réfléchir.

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Question très difficile. Une bd érotique ? Liz et Beth tiens !

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Fucking amal, c’est le seul film pour filles digne d’intérêt et véritablement contemporain. Sinon Party Monster !

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

L Word et Desperate Housewives bien sûr !!!!

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

It’s more fun to compete, de Téléphone.

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?


Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

J’y réfléchis encore. Mais de façon simpliste j’aurai tendance à dire qu’elle existe, puisqu’il existe des soirées gays, un esprit gay, des livres gays, une chaîne télé gay…

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

― Tu baises ?
― Pas là ! Tu vois pas que je bosse ?
― Faut prendre rendez-vous avec toi !
― Et ouais.

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

http://ma-vie-est-une-bande-dessinee.blogspot.com
C’est le blog de Cha, une jeune fille qui a vraiment beaucoup de talent. Et un humour décapant !

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

T’es lesbienne ?

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

Laurence, si tu sors avec une blonde après moi, je te marabouterai dans l’au-delà !

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.



TO BE CONTINUED...
Dans quelques semaines pour la saison 2 de notre grande saga.


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

Question difficile ! Originellement, j’ai fait un blog pour dire que mon métier ne m’allait pas et pour en faire part à des collègues, dans l’idée d’échanger. Et puis je me suis vite rendu compte que les collègues venaient voir ce que j’écrivais mais ne laissaient pas obligatoirement de messages. J’étais frustré, alors le thème du blog a commencé à dévier et à changer de ton. J’y ai parlé de ma vie, de mes projets, de sujets d’actualité… Mais plus du tout de mon travail. Et là les gens ont commencé à laisser des messages !
D’après ce que je lis, les lecteurs-trices y trouvent un ton, un univers, et aussi un espace où réagir. Ils me connaissent pour la plupart, c’est aussi un moyen de me faire un clin d’œil, de m’encourager.
Pour ma part, ce blog (même si je ne le remplis pas régulièrement) me permet de plus en plus de partager mon point de vue, mes projets artistiques (je chante), mes coups de cœur. C’est un peu comme un journal, une trace des étapes de ma vie, importantes en ce moment.

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

J’ai menti aux trains électriques, aux soldats plombés d’un père Noël qui déjà voulait faire de moi celui que je ne suis toujours pas. Duel, double, c’est comme l’on voudra, mais il y a, et je le sais, le cœur qui bat d’une femme en moi. J’ai détesté, mathématique, les abscisses et les obsolètes traces du destin qui voulaient mais moi je ne le voulais pas. Bien avant, lorsque je n’existais pas, c’est comme l’on voudra, je désirais déjà ce cœur qui bat de femme en moi. J’ai réparé les trous psychiques, les manquements, les failles béantes électroniques mais le virus est là en moi. Après, bien après lorsque j’existe, c’est comme l’on voudra, je désire tout haut ce cœur d’enfant qui bat en moi. Papa, père, mon père, moi papa. Être père, O mon père, c’est l’avenir pour moi. C’est dépasser, c’est réparer, c’est rester là. Quand je ne suis plus là. J’ai menti aux sorcières, aux anges qui peuplaient ma raison, qui me soufflaient que de me taire serait me tuer. Mais déjà, oh oui déjà lorsque j’assistais à leur bagarre, au choc des Titans titaniques, un cœur d’adulte battait en moi. J’ai regretté, énurétique, d’avoir repoussé ma maman qui voulait m’emporter pour elle et moi je ne le voulais pas. Et pendant, qui sait pendant, quelle fracture, c’est comme tu voudras je détestais l’enfant en moi. J’ai colmaté les brèches du lien, la parenté par un recul inexpliqué qui m’attirait pour me sauver loin de moi. Encore, mais encore, qui de nous deux est le plus fort, c’est comme tu voudras tu es l’enfant que je me dois. Papa, père, mon père, moi papa. Être père, O mon père, ça fait pleurer tout ça. C’est embrasser, c’est aspirer, c’est respirer lorsque tu suffoques déjà.


Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Des images à caractère sexuel explicite. Deux, trois, plusieurs garçons. Du sexe, des langues qui s’enroulent les unes sur les autres, de la sensualité. Du plaisir, parce que franchement, y a que ça de vrai, y a que là que j’arrive à oublier tout le reste. Le sexe permet d’entrer dans une autre dimension, d’être hors-temps, hors-monde. Même les drogues ne me font pas cet effet-là !

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Tout contre Léo de Christophe Honoré. Pourquoi ? Bin, faut le lire ! L’alternative, le livre que je lis en ce moment Attitudes de Bruce Benderson. Très drôle, un regard aiguisé sur la société et la communauté homo, avec un va-et-vient intéressant entre les États-Unis et la France, dont l’auteur manie avec aisance les deux langues. Quelques passages un peu chauds, bref un bon livre à thématique LGBT…. Ah zut, je viens de me rendre compte que ça ne rentre pas dans la question : on voulait un « roman »… Bon alors il vous faut lire le roman de Christophe Honoré !

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai rien vu de tel que Brokeback Mountain. Et je ne dis pas ça en tant qu’homo militant, ce que je ne suis pas vraiment, mais en tant que spectateur. C’est vraiment un film où il se passe beaucoup de petites choses, où beaucoup de sujets sont abordés et pourtant où il y a très peu de mots. Cette économie de paroles inutiles et cette concentration sur l’intérieur des personnages est pour moi bien plus efficace, bien plus réelle et touchante que tous les dialogues imaginables. Ces deux hommes s’aiment mais c’est un amour impossible. Les seules paroles qui restent en tête sont les dernières « Jack, I swear… » Mais il jure quoi, au juste ? Fidélité ? Vengeance ?

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Alors sans hésiter la moindre seconde, Six Feet Under, et ce charmant David que l’on voit changer de saison en saison et passer du pédé refoulé au père de famille adoptif. C’est aussi en toile de fond la génération homo qui arrive juste après l’hécatombe du SIDA. C’est la génération homo qui manque de libertés, et qui doit reconstruire du sens, des repères. C’est tout à fait l’image de San Francisco : une ville où tout tournait autour des homos et où tout est mort à la fin des années 80. Elle se reconstruit, mais avec prudence. Ça, c’est pour le renvoi à la thématique gay. Pour le reste, la série est l’emblème d’une liberté effrayante mais possible. C’est la folie, les envies, le non-souci du qu’en dira-t-on. C’est un aspect des États-Unis que j’ai bien ressenti en allant là-bas. Quand je vois la série, j’ai aussi une petite nostalgie de Los Angeles qui remonte…

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson semblerait te définir à la perfection ?

Ah, alors là je vais être égocentrique. Ça sera une ligne d’une de mes chansons, la première à m’être venue en tête et celle que je préfère chanter sur scène « I fell from high, but I’m using my voice ». Avec le décodeur « je suis tombé de haut, mais j’utilise ma voix ». Ça, en ce moment, c’est l’exacte définition de qui je suis. C’est très important de dire, en chantant ou pas d’ailleurs, mais dire. Exprimer, faire sortir, exulter… C’est la clé de l’alignement avec soi.

Quelle photographie (perso ou non), image, tableau (etc.) pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité 

Un tableau de Edward Hopper, Nighthawks.


Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

Oui il existe surtout un passé de culture gay, il existe une histoire de la communauté, une mémoire collective marquée par beaucoup d’hématomes tous comptes faits. Mais il y a aussi une culture gay du divertissement, de la légèreté, de la fête. Alors je dirais qu’il existe DES cultures gays, comme il existe des façons de vivre sa vie ou de s’assumer… J’ai été clair ou… ?

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

Un dialogue de sourds !

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

J’aurais adoré pouvoir encore mettre ici « le blog à Garfieldd » mais celui-ci a disparu. Son auteur a eu de gros problèmes avec son employeur, l’Éducation Nationale, parce que ce blog comportait des informations à caractère un peu trop homo. Il y a eu toute une polémique autour de ce blog lorsqu’il a été retiré et que Garfieldd a été destitué de ses fonctions. Comme quoi, on a l’impression que les mœurs avancent, mais il faut rester vigilant. Avec les vieux relents de politique actuelle, si en tant qu’homo on ne reste pas sur le qui-vive, j’ai bien peur que l’on régresse terriblement…
Alors sinon, un blog qui existe encore, lui, et qui vaut le coup d’œil : http://melanome.blogspot.com, mais il y a aussi http://www.alex-greg.net (ce sont des amis).

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

Toutes les questions sont bonnes à poser, maintenant je ne suis pas sûr que je répondrai à toutes ;-)

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

Euh… Haut les cœurs ! Alors… peut-être « la mort n’existe pas, je ne fais que changer de plan, mais je reste avec vous. Je me sépare simplement de mon corps, inutile de pleurer » mais bon… est-ce que tout le monde comprendra ce que je veux dire ???

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.



TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
KATIA DU BLOG BARBI(E)TURIX


Peux-tu nous présenter ton blog, sa genèse, son contenu, ce qu’il t’apporte et ce que tu penses qu’il apporte à tes lecteurs(trices) ?

En fait je viens de commencer un nouveau blog qui reste totalement dans la même lignée que le premier que j’ai dû fermer pour diverses raisons.
Mon blog est une sorte de journal intime, une façon pour moi de partager mon quotidien avec des gens que je ne connais pas. En fait j’écris comme je parle, et je pense que c’est pour ces raisons qu’il me ressemble. Quand j’ai commencé mon premier blog, c’était pour moi une façon de prendre la parole en tant que PD dans la blogosphère, j’avais aussi envie de prendre la parole dans la blogosphère gay que je trouve quelques fois très propre. J’avais envie de parler en tant que folle RMIste proche de la scène squat et alternative, ancien tapin qui est contre le travail, qui taxe dans les magasins à la fin du mois pour pouvoir bouffer, qui vit dans un collectif gay (et lesbien depuis peu) composé de feignasses RMistes.
En fait, ça me gonfle de lire des blogs PD qui ne faisaient que parler de réussite sociale, de fêtes parisiennes friquées…
Le blog me permet également de pousser des coups de gueule sur différentes choses qui me tiennent à cœur comme l’homophobie et les autres oppressions, sur le travail et son aliénation, sur la politique, sur les gens qui m’énervent, sans entrer dans un discours politique chiant.
Pour ce que le blog apporte aux lecteurs(trices), je ne sais pas quoi répondre, ce n’est pas à moi d’en parler, mais d’après les commentaires et emails que je reçois, il semblerait que c’est l’humour qui les intéresse.

Tu écris le premier paragraphe d’un roman ou d’une nouvelle dont le héros n’est autre que toi-même. Quel serait ce paragraphe ?

Il est 13h du matin, il se lève et c’est déjà trop tard pour faire tout ce qui était prévu. Il remettra ça à demain comme d’hab’. Il va appeler ses copines tarlouses pour aller boire des verres en terrasse et critiquer tous les passants… Il a une vie bien remplie !!!

Si tu étais les premières images d’un film, quelles seraient-elles et pourquoi ?

Deux garçons, une bière à la main, dans un concert punk-hardcore en train de s’embrasser tendrement au milieu des gens interloqués se rendant compte qu’il y a des pédés, même ici !!!

Quel est ton roman préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Sans hésiter La vie rêvée de sainte tapiole de Hervé Brizon.
Jamais un livre, pour moi, n’a autant mêlé politique radicale gay et humour 100% pédale… et la fin est vraiment terrible et m’a laissé au milieu de pleins de questions.
Un très bon roman.

Quel est ton film préféré (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Torch Song Trilogy parce que c’est le premier film gay que j’ai vu, et je trouve qu’il est drôle tout en restant extrêmement touchant… j’étais amoureux de Matthew Broderick à l’époque !!

Quelle est ta série TV préférée (à thématique gay ou LGBT) et pourquoi ?

Je ne sais pas trop en fait, je n’aime pas les Queer as folk et compagnie, je dirais peut être Absolutely fabulous… Je trouve que c’est vraiment une série amusante, en tous cas c’est un humour que j’aime beaucoup. Et puis on pourrait mettre deux gays à la place d’Edina et Patsy que ça tiendrait la route !!

Quelle phrase tirée d’un livre ou film ou encore d’une chanson (merci de donner la source) semblerait te définir à la perfection ?

« I don’t wanna join your club, I don’t want your kind of love » (Sleater Kinney- “A real man”)

Quelle photographie  (perso ou non), image, tableau (etc.), pourrait te définir le mieux ou donner des pistes sur ta personnalité ?

J’en ai aucune idée, mais je ne sais pas cette photo me parle vachement en fait,il y a un coté triste et en même temps revendicatif, une sorte de ras-le-bol qui est exprimé… ça me correspond je pense.


Question piège : Penses-tu qu’il existe une culture gay ?

Oula, oui je pense qu’il y a une culture gay, mais qui malheureusement prend le chemin de la culture hétérosexuelle, donc elle ne m’intéresse pas vraiment.

Quel dialogue pourrais-tu imaginer entre ton moi profond et ton moi blogueur ?

Moi profond : Comment fais-tu pour tourner à la rigolade des événements de ta vie que tu vis pas forcement bien ?
Moi blogueur : Bé je sais pas, je pense que c’est une façon de dédramatiser les choses…
Moi profond : Ah ouais ok, mais comment se fait-il que tu puisses parler d’événements de ta vie que tu n’as pas forcement bien vécu à des gens que tu ne connais pas alors que certaines personnes proches de toi n’en ont pas connaissance ?
Moi blogueur : Je pense que c’est une certaine facilité, et le fait d’avoir l’avis des lecteurs-trices du blog m’aide à avancer finalement, et puis je me sens vivre plus facilement, car je suis en quelque sorte anonyme.
Moi profond : Et des fois, tu n’as pas l’impression d’écrire de grosses conneries super débiles ?
Moi blogueur : Si, super souvent, mais j’ai pas envie de me censurer, et puis j’exprime ce que je vis et ce que je pense que ça plaise ou non.

Quel est le blog que tu voudrais réellement faire connaître et pourquoi ?

Le blog de Querelle, car je me sens très proche de lui, il avait un autre blog avant par lequel je l’ai connu, je sais pas c’est un blogueur avec qui je communique vachement en dehors de nos blogs respectifs... et c’est une très belle rencontre.

Quelle question ne voudrais-tu pas que l’on te pose ?

« Dis ?? Tu as quel âge ??? » (mdr)

Dernière question. Pour passer (ou non) à la postérité, il faut préparer ses derniers mots ou dernières phrases à dire sur son lit de mort : quel(le)s seraient-ils(elles) ?

Pleurez pas les filles, on va se revoir.
N’oubliez pas de vérifier si les croque-morts m’ont bien maquillé.
Sinon rajoutez-moi de la poudre, de la chanel, c’est mon dernier jour avec vous, vous pouvez bien faire ça bordel !!!!

Toutes les photos sont (c) D. R. Sans autorisation,
elles seront retirées sur simple demande ou munies d'un lien actif.



TO BE CONTINUED...
Le prochain épisode de cette saga mettra en vedette :
DJEB DU BLOG DJEB'S BLOG

Catégories

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés