Accueil :

Ensembles-copie-1.jpg
pedeblog_kek_logo2.png
Blog LGBT du rédac' chef :
Daniel Conrad

twitter_logo_header.png

Daniel Hall


secondé par :

Gérard Coudougnan


L'équipe des "piliers" en exclusivité
ou en reprise autorisée :

Jean Yves
, Bernard Alapetite, Zanzi, Neil, Kim,
Matoo, Mérovingien02, Juju, Chori,
Shangols, Boris Bastide, Stéphane Riethauser,
 
Niklas,
Robert Wagner,
 Jag1366, Hari3669, Maykel Stone,
Marc-Jean Filaire,
Isabelle B. Price, Psykokwak,
Rémi Lange
, Henry Victoire, Didier Roth-Bettoni
et
BBJane Hudson...

Mais aussi, depuis, Cyril Legann,
Gérard Coudougnan (Livres), Voisin Blogueur,
Nicolas Maille, Sullivan Le Postec, Vincy Thomas,
Jann Halexander, Tom Peeping
, Lucian Durden,
Papy Potter, Nico Bally, Marie Fritsch,
Sir Francisco, Laurent Fialaix
et Hugo Rozenberg.

Special Guest Star : Philippe Arino.

Un grand merci à Francis Moury,
Olivier Nicklaus et à
Yann Gonzalez.
Et en special guest star gay-friendly... Dr Orlof !


et bien d'autres depuis le début et d'autres à venir...

Ce blog est partenaire de

Dreampress.com

Avec l'aide graphique de

Calendrier

Février 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28          
<< < > >>

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles

POUR SURFER SUR CE BLOG...

Les Toiles Roses  est un blog collaboratif, indépendant et bénévole optimisé pour Mozilla Firefox (cliquer ici pour le télécharger)

TOUTES LES CRITIQUES DE FILMS : ICI
LES CRITIQUES DE LIVRES (Gérard Coudougnan) : ICI
Nos chroniques vedettes : Zanzi and the City (Zanzi), Et les filles alors ? (Isabelle B. Price),
Derrière les masques : Homollywood (Marc-Jean Filaire),
Merci Bernard (Bernard Alapetite),
Le Bazar de l'Homo Vincy (Vincy Thomas),
L'Histoire de l'homosexualité,
Dans l'ombre de Jann Halexander (Jann Halexander), Spécial Abdellah Taïa (Daniel C. Hall),
La Crypte aux gays (BBJane Hudson), Certains l'aiment camp (Tom Peeping),
 
Le Chaudron rose (Papy Potter), Petits Contes Dark-en-ciel (Nico Bally),
Marie de traverse (Marie Fritsch), Spécial Salim Kechiouche, Si j'étais homo ou hétéro...,
Spécial Stonewall, 40 ans, La gâterie du chef (Daniel Conrad Hall), La Garac'Ademy (Jean-Louis Garac)
A tort ou à travers (Laurent Fialaix), Rencontres de tous les types (Hugo Rozenberg),
 
Le Phil de l'araignée (Special Guest Star : Philippe Ariño),
Dossier et chronique-soutien
à l'association "Le Refuge" (Daniel C. Hall).

Venez rejoindre la rédaction, les lectrices et lecteurs sur le groupe Facebook :
http://www.facebook.com/group.php?gid=61890249500#/group.php?gid=61890249500


Juju.png


Photo : (c) D.R.
 
Julien tient le blog I Love Juju. Ses longs posts politiques ou sociétaux (au milieu d’innombrables potacheries queer d'un mauvais goût jubilatoire) sont, à chaque fois, des claques. Approuvant à 100 % ses analyses, nous avons décidé de publier dans cette rubrique les plus dérangeants. Les 4 vérités de Juju, ce sont aussi celles de ce blog…


« Je pense que les folles font beaucoup de tort aux gays. »

De la bouche de la mamie du coin, cette phrase est vraiment horripilante, mais quand c’est votre meilleur ami (lui-même pédé) qui la prononce, on est en droit de se poser des questions. Discours hétéro-normé ou véritable changement de mentalité ?

Mon attention avait été attirée il y a quelques mois par un buzz autour d’un site communautaire sur la plateforme gayattitude qui se voulait résolument opposé à la Gay Pride. En consultant à nouveau la page d’accueil aujourd’hui, j’ai pu constater que le texte a été délayé, mais le cœur d’origine a néanmoins été conservé :

parce que nous refusons d’employer une méthode créée et employée depuis des décennies, parce que nous considérons qu’elle est désormais contre-productive, parce que nous considérons que la Gay Pride fait plus de mal que de bien aujourd’hui aux gays.

parce que nous réprouvons l’image que renvoient les médias de cette réunion, et donc de nous, lors de ces journées, mais parce que nous ne pouvons pas blâmer les médias de ne faire que photographier ce qu’ils voient.

parce que nous considérons que toutes les images de folles braillardes et peinturlurées, de toutes ces poufiasses habillées comme des putains de bas étage, de toutes ces morues vulgaires ne font que nuire à notre image. parce que nous pensons même qu’elles sont un danger, pour des jeunes suicidaires qui se découvrent gays et qui ont peur de devenir comme ça.

parce que cette Gay Pride, loin de nous rendre notre fierté, nous fait HONTE, fait honte à nos amis et n’aide personne à s’affirmer courageusement, aujourd’hui.


Je vous laisse le soin de l’explication de texte, en particulier sur le troisième paragraphe qui est bien plus haineux qu’il n’est constructif, mais qui reste toutefois symptomatique de l’évolution de l’« homosexuel » dans l’inconscient collectif, homo ou pas. Le dernier Têtu y a d’ailleurs consacré un dossier autour du thème de la virilité, nous dirons « mâlitude », la présentant comme le graal ou tout du moins le dernier chic. La folle vit-elle ses derniers instants ?

Chaque pédé qui vit dans un pays où les homosexuels ont un minimum de droits doit ces libertés à la folle. La folle, par sa gestuelle, son expression, sa présence et son engagement qu’il soit associatif, politique ou médico-social, a contribué à une amélioration directe par son action (mais celle-ci était également le fait de pédés non folles ou de gouines) mais également indirecte par sa visibilité. Montrer ce qui dérange, quitte à le faire avec une extravagance insupportable pour certain(e)s, faire sortir du silence, du ghetto, afficher, affirmer, car le silence est ce qu’il y a de pire pour toute minorité (rappelons que la minorité homosexuelle est radicalement différente des autres – ethniques – puisque l’identité ne se transmet pas à la naissance mais se définit au fil du temps).

Le recul de l’homophobie et l’acceptation croissante de l’homosexualité dans les sociétés occidentales ont doucement commencé à éroder les bases sur lesquelles la folle s’était longtemps appuyée. Les ghettos se sont ouverts, les frontières sont devenues plus floues, les gaydars (à commencer par le mien) accusent de sérieuses pannes ou des dysfonctionnements préoccupants. Qu’on le veuille ou pas, le pédé se normalise, au grand dam des homophobes latents qui regrettent les homosexuels avec panache, ceux qui flambaient et claquaient à 37 ans 1/2 d’une overdose ou du SIDA (snif snif et bon débarras), rejoint un archétype masculin plus vraiment viril à l’ancienne, mais toutefois en reconquête d’une virilité perdue (vraiment ?). Combien de profils sur le Web affichent « folles s’abstenir » ? Combien de pédés (de mon entourage d’ailleurs) crachent volontiers sur ceux qu’ils jugent un peu trop efféminés, maniérés ou staïlés à leur goût, oubliant au passage qu’ils reproduisent par leur jugement ou leur action un schéma de discrimination dont ils ont été, consciemment ou pas, probablement eux-mêmes victimes ? Tout cela sans se rendre compte qu’ils détruisent progressivement les libertés qui existaient à l’intérieur de la communauté (en substance du moins, le langue-de-putage ne date pas d’hier non plus), conscients qu’ils sont du cadre plus large dont ils disposent (PACS, droits, voire adoption et mariage dans les pays totalement civilisés) tout en oubliant que ce cadre n’est dû qu’à l’existence préalable de ce qu’ils sont en train de dépecer méthodiquement à grands coups d’arguments rétrogrades et de virages idéologiques à droite.

Que les choses soient claires. Pour l’homophobe de base, tous les pédés sont des folles, peu importe qu’ils roulent du cul ou soient des bears confirmés. Ce n’est pas une question d’apparence mais de sexualité. L’argument de la discrétion souvent évoqué n’est qu’un cache-misère, une façon de jeter un voile de pudeur sur un sujet qu’on ne préfère pas aborder, parquer les pédés derrière les murs de leur appartement comme on délocalise les vieux vers des mouroirs pudiquement appelés « maisons de retraite ». N’oublions pas que la dernière fois que la droite dure était dans la rue, elle gueulait « les pédés au bûcher !” (on a même entendu «  camp de concentration », mp3 dispo chez Freaky) et que même si ses idées ne sont pas reprises par une large majorité, je reste néanmoins sceptique quant à leur recul.

Pour le reste, et surtout pour les pédés, le concept de folle est souvent totalement arbitraire. En général, est folle celui qui est plus maniéré que soi, souvent avec des critères d’analyses totalement subjectifs et sans aucun fondement. La folle fait peur, car elle appelle à une reflexion identitaire à laquelle la plupart ne veulent plus se confronter. La virilité rassure, forcément, ça fait 2 000 ans qu’elle est au menu sous diverses formes, c’est dans les vieux pots… Son retour comme une forme de contre-identité montre la fissure dans le tissu identitaire homosexuel, une volonté de reléguer la sexualité au second plan en affirmant qu’elle n’est qu’accessoire dans la définition individuelle, que le genre originel reprend le dessus sur l’orientation, argument auquel je persiste à opposer qu’il n’a ni queue ni tête puisque la définition se fait bien plus dans le rapport à l’autre ou aux autres qu’à soi-même. Et dans ce rapport, l’orientation sexuelle reste un critère – conscient ou inconscient – déterminant, vous n’êtes pas convaincu ? Regardez le comportement de votre meilleure amie avec un mec hétéro et avec un homo, rien de discriminant en soi, mais une prise en compte de la sexualité de l’autre dans le rapport qu’on a avec lui.

Certains veulent le retour à une forme de « normalité » perçue comme un argument rassurant. C’est une confusion profonde à mon sens, la virilité affichée comme un mode de séduction est un art, celle qu’on brandit comme un contre-pouvoir aux autres formes de développement de l’individu (et je pense au-delà des pédés aux trans, aux androgynes, etc…) ou comme une nécessité pour l’homme relève du conservatisme ambiant qui va en se renforçant, car elle masque ce que beaucoup ne souhaitent pas voir. Ce n’est pas la folle qui fait du mal aux gays, c’est le fait que les voix s’accordent pour dire qu’on en a « fait assez » et que la « cause » homosexuelle n’est plus une priorité !

Retour à l'accueil

Catégories

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés