Accueil

Ensembles-copie-1.jpg
pedeblog_kek_logo2.png
Blog LGBT du rédac' chef :
Daniel Conrad

twitter_logo_header.png

Daniel Hall


secondé par :

Gérard Coudougnan


L'équipe des "piliers" en exclusivité
ou en reprise autorisée :

Jean Yves
, Bernard Alapetite, Zanzi, Neil, Kim,
Matoo, Mérovingien02, Juju, Chori,
Shangols, Boris Bastide, Stéphane Riethauser,
 
Niklas,
Robert Wagner,
 Jag1366, Hari3669, Maykel Stone,
Marc-Jean Filaire,
Isabelle B. Price, Psykokwak,
Rémi Lange
, Henry Victoire, Didier Roth-Bettoni
et
BBJane Hudson...

Mais aussi, depuis, Cyril Legann,
Gérard Coudougnan (Livres), Voisin Blogueur,
Nicolas Maille, Sullivan Le Postec, Vincy Thomas,
Jann Halexander, Tom Peeping
, Lucian Durden,
Papy Potter, Nico Bally, Marie Fritsch,
Sir Francisco, Laurent Fialaix
et Hugo Rozenberg.

Special Guest Star : Philippe Arino.

Un grand merci à Francis Moury,
Olivier Nicklaus et à
Yann Gonzalez.
Et en special guest star gay-friendly... Dr Orlof !


et bien d'autres depuis le début et d'autres à venir...

Ce blog est partenaire de

Dreampress.com

Avec l'aide graphique de

Calendrier

Mai 2017
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles

POUR SURFER SUR CE BLOG...

Les Toiles Roses  est un blog collaboratif, indépendant et bénévole optimisé pour Mozilla Firefox (cliquer ici pour le télécharger)

TOUTES LES CRITIQUES DE FILMS : ICI
LES CRITIQUES DE LIVRES (Gérard Coudougnan) : ICI
Nos chroniques vedettes : Zanzi and the City (Zanzi), Et les filles alors ? (Isabelle B. Price),
Derrière les masques : Homollywood (Marc-Jean Filaire),
Merci Bernard (Bernard Alapetite),
Le Bazar de l'Homo Vincy (Vincy Thomas),
L'Histoire de l'homosexualité,
Dans l'ombre de Jann Halexander (Jann Halexander), Spécial Abdellah Taïa (Daniel C. Hall),
La Crypte aux gays (BBJane Hudson), Certains l'aiment camp (Tom Peeping),
 
Le Chaudron rose (Papy Potter), Petits Contes Dark-en-ciel (Nico Bally),
Marie de traverse (Marie Fritsch), Spécial Salim Kechiouche, Si j'étais homo ou hétéro...,
Spécial Stonewall, 40 ans, La gâterie du chef (Daniel Conrad Hall), La Garac'Ademy (Jean-Louis Garac)
A tort ou à travers (Laurent Fialaix), Rencontres de tous les types (Hugo Rozenberg),
 
Le Phil de l'araignée (Special Guest Star : Philippe Ariño),
Dossier et chronique-soutien
à l'association "Le Refuge" (Daniel C. Hall).

Venez rejoindre la rédaction, les lectrices et lecteurs sur le groupe Facebook :
http://www.facebook.com/group.php?gid=61890249500#/group.php?gid=61890249500


L’auteur :
Bruce Benderson est né à New York. Il a notamment publié chez Rivages Toxico et New York Rage.
L'avis de Matoo :
J’avais lu et aimé Toxico et New York Rage de Bruce Benderson, et comme son dernier opus venait de recevoir le Prix de Flore, j’ai voulu le découvrir à son tour. Il s’agit résolument d’un auteur gay, et parfois trash, queer et décapant, mais ce qui me plait surtout dans ses bouquins, c’est son écriture. Son côté provocant et cru est toujours contrebalancé par un sens du mot et un style qui m’ont toujours fasciné, un peu comme chez Dustan d’ailleurs. Et en effet, je trouve une certaine résonance entre Nicolas Pages et ce roman de Benderson.
Ce livre a d’autobiographique le fait que l’écrivain se mette en scène dans une aventure amoureuse avec un prostitué roumain rencontré à Budapest. Donc « érotique » peut être pris dans un sens très étymologique puisqu’il s’agit d’un épisode amoureux, voire passionnel. Mais cette liaison tumultueuse est aussi l’occasion d’évoquer d’autres éléments très personnels de la vie de l’auteur, tels que sa relation avec sa mère, son travail et plus largement son existence.
J’ai eu très très peur en commençant à lire cet ouvrage, surtout par rapport à l’intrigue centrale du roman. En effet, le début a beaucoup trop, pour moi, de relents de vieux bouquins d’écrivains pédés qui racontent leurs frasques. Le genre de roman que j’aimais bien lire chez Balland il y a quelques années, mais que je trouve franchement moisis aujourd’hui. Parce que l’on voit l’auteur qui rencontre un prostitué et qu’il narre leurs ébats, leur relation viciée par l’argent. Et puis il y a cette amorce de rapport « amoureux » entre un occidental âgé et bedonnant et une petite frappe hétérote de Budapest qui se prostitue pour quelques dollars. Du coup, la relation amoureuse parait tout de suite vouée à sa perte, et l’auteur passe vraiment soit pour un vicelard de base, soit pour une pauvresse finie.
Mais le livre décolle car, encore une fois, je trouve que Bruce Benderson écrit terriblement bien. Il réussit donc à captiver l’attention dans tout ce qu’il raconte autour de cette histoire, et j’ai finalement bien accroché grâce à la manière dont il transcende cette simple escapade inconsidérée. Les évocations de sa mère notamment sont vraiment frappantes de beauté et d’amour. Le pauvre va très loin pour avoir de l’argent et entretenir son micheton, ou payer ses voyages, car il accepte même une traduction d’une biographie de Céline Dion. Et à 10 heures de boulot par jour, on peut comprendre la gravité de ce supplice de Tantale.
L’auteur tente par tous les moyens de se rapprocher de son amant et de sa culture. Le livre se dédouble ainsi au fur et à mesure, entre sa propre intrigue, et une histoire de la Roumanie. Benderson s’identifie à certains personnages historiques du pays et se prend de passion pour la fin de la monarchie roumaine du siècle dernier qu’il raconte avec beaucoup d’émotions.
Ce n’est pas un bouquin sensationnel, mais il a une véritable qualité d’écriture, et j’ai vraiment été sensible à certains émois existentiels de l’auteur, à ses crises, ses doutes, ses regrets, à la manière dont il véhicule ses émotions et surtout dont il les analyse. Oui, il y a finalement vraiment quelque chose à en retirer pour soi.
Pour plus d'informations :
Publié chez Rivages, « Roman étranger » (2004)
Tout sur Bruce Benderson (+ interviews)
Retour à l'accueil

Catégories

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés